Wonderful Brands WonderfulBrands

par W
27 Mai 2015

The Next Big Thing

Coq Français

WTF !
Cisco est le leader mondial des serveurs et des infrastructures réseaux et John Chambers en est le boss. Patron respecté, il est, autrement dit, un interlocuteur que l’on écoute et l’entreprise qu’il dirige, un acteur clé de notre futur. The Next Big Thing, selon lui, c’est la France. Enthousiasmé par l’élan de la French Tech, impressionné par la présence hyperactive des français présents au CES de Las Vegas, il a signé un accord d’investissement de 100 millions de dollars pour soutenir les jeunes pousses françaises engagées dans l’innovation technologique, les objets connectés et la transformation numérique. Projet phare de cette transformation en marche, la Halle Freyssinet en plein cœur du Grand Paris. Cet objet architectural d’exception accueillera, dès l’année prochaine, 1000 start-up dans le plus grand incubateur du monde.
Et si John voyait juste ?
Et si nous étions, nous français, les derniers à mesurer cette énergie positive qui anime de jeunes ingénieurs, designers, développeurs, UX, qui inventent et dessinent notre futur ?
Et si, après avoir raté le train de la téléphonie, nous prenions le jet de ces nouvelles industries prometteuses, dans la santé, la mobilité, l’entertainment, l’image, la connectivité ?
Et si, au fond, nous retrouvions dans ces nouveaux paradigmes ce je-ne-sais-quoi du génie français, en donnant droit à la culture latine du “et” qui fertilise l’association des talents quand le modèle anglo-saxon, depuis la moitié du XXe siècle privilégie le marketing du “ou”.
The Next Big Thing sonnerait alors la fin du french le glas de The Unique Selling Proposition, pensée tayloriste d’après-guerre pour consommateurs débutants, soumis à la puissance du média dominant de l’époque : la télévision. So XXe siècle ! Désormais multi tâches, slasheurs aussi esthètes qu’impatients, ceux du XXIe sont devenus plus exigeants. De nos téléphones qui servent à toute autre chose qu’à téléphoner, ils ont appris qu’un produit pouvait être riche de plusieurs fonctions, de plusieurs usages simultanément.
Cette nouvelle logique modifie notre rapport au monde. Nous sommes devenus plus complexes et capables d’apprécier tant la légèreté d’un programme de télé-réalité que la sophistication d’un ballet contemporain. Nous écoutons Rameau, nous chantonnons Daho. Nous consommons des burgers et chassons les calories. Nous sommes duals, tantôt mâles, tantôt femmes, ni jeunes, ni vieux… Les deux à la fois…
Cette nouvelle logique transforme de fait les processus de conception. Elle sollicite l’imagination et la technologie, la sensibilité et les mathématiques, le code dès lors qu’il est beau, l’image comme vecteur de sens et de sensations. Cela tombe bien pour nous qui disposons d’un fond culturel compatible avec cette nouvelle donne. De la liberté licencieuse de Toulouse Lautrec à la rigueur inspirée de Cassandre, de l’imagination industrieuse de Roger Tallon à l’énergie vitale de Jean-Paul Goude, de l’audace d’André Citroën à celle de Xavier Niel, il y a matière à construire. C’est sur ce substrat que prend appui la jeune génération d’entrepreneurs français. C’est fort de ce patrimoine génétique et historique qu’elle s’engage pleinement dans l’invention de nouveaux scénarii d’usage, de solutions encore aujourd’hui impensables qui transformeront nos vies, notre tissu industriel, nos emplois.
Et si la French Tech clouait le bec aux démagogues, aux déclinologues et aux french basheurs ? Et si elle redonnait au français un peu de la foi qu’ils ont perdue en l’avenir ?
Artistes et ingénieurs 3.0, les designers sont aux premières loges du spectacle qui s’annonce. Ils sont déjà les nouveaux médiateurs de notre relation aux autres, de notre rapport à la consommation. Ils ont un rôle à jouer dans la redéfinition de nos environnements post industriels et de ce qui nous y rassemble. On se prend alors à rêver que les arrières-arrières petits enfants de Gustave Eiffel – ou d’Eugène Freyssinet – puissent, en 2025, lors d’une exposition universelle française, nous en mettre plein la vue et perpétuer l’idée que de très très grands trucs se passent à Paris.

Par Gilles Deléris

21 Mai 2015

Monabanq : des vrais gens avant l’argent en photo mais pas dans le film

monabanque1

La nouvelle campagne monabanq, dans sa version affichage, attire l’œil. Elle détonne parmi les milliers de photos qui nous sont infligées jour après jour avec tous ces gens contents d’être heureux d’avoir acheté la voiture qui rend heureux, le lave-linge qui rend heureux, la croquette pour chien qui rend heureux le chien qui rend heureux son maître… tellement que j’en deviendrais facilement atrabilaire et misanthrope. Je m’emporte bien vainement, et surtout hors de mon propos qui était sur l’impact de cette nouvelle campagne.
Oui tout d’un coup ça détonne : c’est quoi ? C’est qui ? C’est pour qui ? Et finalement, comment ça peut bien être une pub ?
Ce qui fonctionne c’est l’attirance par ces photos de gens qui semblent tels qu’ils sont, qui se donnent à voir : ils savent qu’ils sont pris en photos et ils acceptent cette prise de vue, prise de vie. Ils ne se contraignent pas à être heureux, même celui qui sourit… Bref une sorte de réalisme, voire de naturalisme, l’anti-rêve de la consommation. À la place, l’empathie pour les exclus (on nous le dit) des grands banques à agences. C’est fort pour une banque à distance.
Ce parti pris de s’adresser directement et simplement à des gens qui ne prennent pas des vessies pour des lanternes, en se fichant pas mal de s’adresser à tout le monde (une campagne segmentante donc), n’a pas résisté cependant à l’épreuve du film : là les exclus des banques à guichet ne se sont pas laissé faire, ils sont revenus en force et ont dilué ce qui détonnait en entrelardant l’affaire de notre bonne vieille convention des contents d’être heureux…
Dommage après une affiche qui détonne, on aurait pu avoir un film canon !

monabanque2

monabanque3

13 Mai 2015

Cet affichage interactif devient votre ami lorsque vous vous approchez de lui

J Walter Thompson Listerine

LE CONCEPT

Listerine crée un panneau d’affichage interactif pour promouvoir ses bains de bouche. A l’origine de ce billboard, une étude menée par la marque sur la proxémie, démontrant que 60cm est la distance à partir de laquelle on ne peut plus être indifférent envers la personne en face de nous. En d’autres termes, 60cm est la distance qui sépare les inconnus des amis. Le panneau d’affichage met en scène un homme ou une femme, prêt à interagir avec les passants lorsqu’ils se placent face à eux. Plus les gens se rapprochent, plus la personne dans l’écran réagit. Pour les plus courageux qui arrivent jusqu’au bout de l’expérience, un échantillon de Listerine est offert et la signature apparait « La magie opère quand on ose se rapprocher ».

L’ORIGINALITÉ

La proximité avec un inconnu fait peur, notamment quand on craint d’avoir une mauvaise haleine. C’est une grande perte lorsqu’on sait à quel point les rencontres peuvent nous enrichir personnellement. Alors quoi de mieux qu’un bain de bouche Listerine pour se donner du courage ?

J Walter Thompson Listerine

J Walter Thompson Listerine

13 Mai 2015

Commandez une pizza en un tweet avec l’emoji pizza 🍕

Domino's Pizza emoji

LE CONCEPT
Domino’s Pizza fait parler de lui en lançant les commandes de pizzas par emoji sur Twitter. À compter du 20 mai, il sera possible pour les américains de se faire livrer leur pizza favorite d’un simple tweet avec l’emoji pizza 🍕 . Pour cela il faudra au préalable faire enregistrer son « Easy Order » sur le site de Domino’s ou préciser son choix dans les 140 caractères. Pour communiquer sur ce dispositif, la marque s’est exprimée une journée complète sur Twitter exclusivement avec cet emoji, avant de le dévoiler avec les hashtags #orderpizzawithatweet et #emojiordering.

L’ORIGINALITÉ
Au risque de se répéter, l’emoji est réellement devenu le nouveau gadget communicationnel des marques. Après Ikea, Star Wars et Foot Locker, Domino’s Pizza l’utilise cependant de manière très intelligente auprès d’une cible technophile qui commande une pizza par manque de temps ou de courage pour cuisiner. La marque simplifie au maximum l’accès à son produit et lève les freins liés aux démarches à réaliser lors d’une commande par téléphone ou en ligne, s’offrant par la même occasion une visibilité constante sur Twitter.

Domino's Pizza-emoji-wcie3

Domino's Pizza-emoji-wcie

12 Mai 2015

Clasiclaxon : des klaxons pour promouvoir la musique classique

Radio Filarmonia ClasiClaxons

CONCEPT

Dans les rues de Lima, au Pérou, la musique classique est remise au gout du jour pour adoucir les moeurs et promouvoir la station de radio Filarmonia. Pour cette opération, Radio Filamornia est partit d’un constat : la pollution sonore des rues de Lima est très élevée, en grande partie à cause de la circulation motorisée. Pour y remédier, elle a inventé le ClasiClaxon qui remplace le bruit des klaxons par des morceaux de musique classique célèbres. Des bus, habillés au nom de Filarmonia, ont roulé dans les rues de Lima équipés de leurs nouveaux ClasiClaxon avec le slogan « Je ne klaxone par je joue la Radio Filarmonia 102.7″. Dans un second temps, Radio Filarmonia va plus loin et étend cette initiative en vendant ses fameux ClasiClaxon aux particuliers. Ainsi, la station s’invente un nouveau massmedia et s’offre une belle couverture pour promouvoir sa ligne éditoriale.

L’ORIGINALITÉ

Grâce à la musique classique, qu’elle est la seule à diffuser dans le pays, Radio Filamornia rend les rues de Lima plus agréables à vivre pour ses riverains. En inventant le ClasiClaxon, elle associe la musique classique à un sentiment positif et l’ancre dans le quotidien de la population.

Radio Filarmonia ClasiClaxons

Radio Filarmonia ClasiClaxons

Radio Filarmonia ClasiClaxons

[Les Posts des Boss] The Next Big Thing par @GILLESDELERIS http://t.co/eY3Pb7O7ac

[Le Blog] Monabanq : des vrais gens avant l’argent en photo mais pas dans le film. http://t.co/68jL4jNDlc

Le Blog] Cet affichage interactif devient votre ami lorsque vous vous approchez de lui. http://t.co/4c05Qw3WUI

[Le Blog] Commandez une pizza en un tweet avec l'emoji pizza. http://t.co/xBEoEs1DY0

[Le Blog] Clasiclaxon : des klaxons pour promouvoir la musique classique. http://t.co/T5JESq4r3i

[Le Blog] Faites un don en clignant des yeux. http://t.co/FRsO6JuGKj

[Le Blog] Un chien virtuel vous suit dans les panneaux publicitaires grâce à la technologie RFID. http://t.co/8FBHoPo2Ti

W repositionne le groupe #Somfy -http://t.co/DcYZoiX92h sur @CB_News -

[Le Blog] Audi défend les femmes au volant sur Twitter #womendrivers http://t.co/GgFkZfKgel

[Le Blog] Heineken transforme ses bouteilles en GPS. http://t.co/JDsyjED0lV

haut de page
Chargement... Chargement