Wonderful Brands WonderfulBrands

par W

Gabriel

Directeur du W Brand Observer
01 oct 2014

On en a tous rêvé, Renault l’a fait.

open

Combien de fois avons-nous rêvé à l’occasion de telle campagne, événement, création de toucher au logo? (Même si nous l’avons rarement proposé, voire jamais.) Comme si ce rêve cristallisait tous nos fantasmes de voir la dictature de la norme, protégée par son armée de chartes graphiques, céder rien qu’une fois…

C’est fait. À grande échelle en plus, par Renault pour le lancement de la Twingo III.

Et alors? On a l’impression que le grand soir n’a pas vraiment eu lieu et que la réalisation n’est pas à la hauteur du rêve. Oui bien sûr, ils ont touché au logo, mais comme si ils ne voulaient pas que ça se voit, ou alors seulement un peu, de près. Ha, si le duo d’artistes (les artistes ont le droit de passer outre -ça fait partie de la légende des artistes-, les designers non!) avait eu une vraie carte blanche on en aurait sans doute vu de toutes les couleurs. D’où la question pourquoi l’avoir fait, alors? Peut-être tout simplement parce que le vrai logo, le seul autorisé, le normé, aurait juré avec le style de la campagne et que tout d’un coup ça n’était plus possible: le logo allait ruiner la campagne, révéler qu’il ne s’agissait que d’une tentative de séduction et non d’une posture de marque… Maquillage oui, transgression non.

0
21 Mars 2014

Nouvelle identité SFR : une mise à plat ambivalente

open

Suivant le mouvement de la « remise » à plat (google par exemple pour citer un poids lourd, ou NRJ tout récemment), SFR modifie son identité visuelle 6 ans après un premier lifting. On pourrait qualifier ces trois âges: le volume (ou le relief), le reflet et l’ombre, la lumière.
Nous voyons bien plus de simplicité, plus de chaleur dans cette dernière mouture. Mais nous y voyons aussi du coup une baisse en niveau de gamme (ce qui peut correspondre à la volonté de la marque -et nous ne sommes pas tous d’accord ici sur ce point) mais aussi et surtout un rapprochement dans l’expression avec … Orange. L’identité visuelle ne distingue plus la marque. Quitte à changer pourquoi ne pas nous avoir offert en même temps un travail sur la typographie qui l’aurait rendue distinctive ?

0
11 Mars 2014

Reebok: une nouvelle identité pour une philosophie de vie, mais laquelle ?

open

Reebok vient d’ajouter un symbole à sa marque. Plus exactement elle vient d’étendre à toute la marque le symbole qu’elle utilisait pour le fitness.
Cela redonnera incontestablement de l’impact à une identité visuelle qui en avait beaucoup perdu en 2008, même si l’évolution d’alors pouvait correspondre à un repositionnement, voire à un assagissement après les lignes acérées de 2006 et une campagne aux lettres gothiques « iam what iam ».
Voici donc aujourd’hui un symbole qui se veut un programme équilibrant en un triangle « marque d’excellence » le physique, le mental, et, les temps obligent, le social. C’est un beau discours. Mais le signe lui nous dit construction, élévation, fermeture ou protection. Il est dans la dureté mécanique, la concentration intérieure. Rien de de la fluidité physique ou relationnelle…

Merci à Siècle Digital

2
06 sept 2013

YAHOO! PAS WAOUH :(

open

Vous savez déjà la nouvelle qui agite le monde de l’identité visuelle:

Commençons d’abord par l’anaphore (figure de style remise au goût du jour par le Candidat Hollande) attendue de l’indignation:

« Non!, Madame Mayer votre logo n’est pas geek, la moindre consultation sur un moteur de recherche pourra vous montrer un aperçu de ce que l’on appelle un style geek;
Non!, Mme Mayer votre logo n’est pas moderne, il n’apporte aucune invention, contrairement à ce que fut l’innovation, pour une marque de cette taille, du nouveau logo Aol en son temps;
Non!, Mme Mayer votre logo n’exprime aucune cohérence mathématique, peut-être géométrique;
Non!, Mme Mayer votre logo ne donne à voir aucun grain de folie;
Non!, Mme Mayer votre logo n’est pas sophistiqué, ou faussement.
Je vous fais grâce de: humain, personnel et fier. »

La seule chose qui soit soutenable dans tous vos propos, c’est « l’hommage à (votre) histoire ». Bref c’est un lifting.

Pour une fois je ne vais pas faire l’analyse de cette identité. Je voudrais plutôt essayer de cerner cette question « d’où vient -et où va- ce  discours en total décalage avec le signe? » (votre discours est l’acmé de tous les textes de présentation de logos par les agences, entreprises et les médias) et en ajouter une autre : « pourquoi cette opération d’un faux logo par jour pendant trente jours? ».

Je me couvrirais de ridicule et  ferais injure à ceux qui me lisent (?), si je croyais un instant que Mme Mayer fût insensible aux signes ou aux mots. C’est donc une action tout à fait intentionnelle. Et de fait, elle nous parle de la vision qu’elle voudrait que nous ayons de son produit. Et comme elle ne peut pas répéter ça tous les matins pour nous en convaincre, 30 jours à propos du logo, c’est toujours ça de pris. C’est la vérification du point de vue connu: peu importe (ou presque!) ce qu’on dit de moi, du moment qu’on parle de moi! C’est ce qui s’appelle occuper le terrain. Et ça marche. Cette brève en est la démonstration.

Par ailleurs rappelons que Yahoo est repassé en juillet devant Google aux USA (v. Les Échos). Et merci au Figaro d’avoir cité aussi précisément Mme Mayer.

 

1
28 Juin 2013

bpifrance au service l’entrepreneur, ce héros des sommets vaincus

open

Une des affiches de la campagne de bpifrance utilise comme visuel un grimpeur cycliste.

Cette  rhétorique  convoque l’imaginaire du Tour de France et de ses héros, et plus particulièrement ses grimpeurs des cols élevés au rang de mythique, de l’Izoard au Mont Ventoux en passant par le Tourmalet. Mais ici le héros est solitaire, sans équipe, sans fanfare autre que le succès à son hypothétique arrivée… Ses moyens sont le courage et la persévérance pour affronter les difficultés de la pente.

Le texte vient donner à cette démarche une dimension de l’ordre de la foi en évoquant « ceux qui partent à l’attaque de géants », soit David contre Goliath. La formule reste un peu curieuse, elle semble induire qu’entreprendre c’est s’attaquer à des géants – qui seraient les leaders d’aujourd’hui?.

 

Enfin, le visuel paraît en décalage avec la notion d’avenir, ou en tout cas de fun ou de contemporain, car aujourd’hui le vélo qui bouge, ce serait plutôt le fixie.

0

[JOB] Le sens des contenus ? W recherche un(e) directeur de clientèle éditorial & content #CDD http://t.co/4G3nGpflw0 http://t.co/mZ2QUy8vCq

[HOMEMADE] Discovery Science et CANALSAT font appel à Windsor Paris pour le lancement d’Expériences interdites S2. http://t.co/KO5cj7ylkU

[Le Blog] Une machine géante réalise des selfies en Balloon Art #Selfiebration http://t.co/WL0LoXXCOH

Que va devenir la marque France ? par @DenisGancel sur le @LeHuffPost - http://t.co/E6DfElkawD

[Le Blog] Spotify conçoit un drone dédié à la musique : The Party Drone. http://t.co/W5nPnVTnGq

[Le Blog] Louis Vuitton ouvre un « pop-up museum » : L’Appartement Hong Kong. http://t.co/Him5qKf8Vb

[Le Blog] Domino’s Pizza crée Dom, une application comme Siri… mais que pour les pizzas ! http://t.co/w1t9sqqQVx

[Le Blog] Ikea réinvente le miroir pour égayer votre journée avec des compliments #MotivationalMirror http://t.co/uicXc351Gh

[Le Blog] Il réalise un tour du monde en 1 heure pour prendre 24 photos de couchers de soleil. http://t.co/EMzqh8U6nU

[ECCE LOGO] On en a tous rêvé, Renault l’a fait. #logo http://t.co/2PHjfK33ct

haut de page
Chargement... Chargement