Wonderful Brands WonderfulBrands

par W
24 Avril 2015

Gens de com’/Gens normaux, l’étude à la gomme

Gens de com

Une étude récente, organisée par le Syndicat national de la publicité télévisée (SNPTV), pose une bien étrange question : Les Gens de com’ sont-ils des gens normaux ? Si l’on saisit l’allusion de la formule qui fait bien com’, on est en droit de s’interroger sur ce qui motive une si curieuse problématique.
Il faut d’abord accepter l’idée que cette population est homogène, que le panel est représentatif d’un secteur aux contours pourtant assez flous. Cette hypothèse pose déjà problème. Mais admettons pour voir, et mettons un terme au suspens au cas où, parmi les lecteurs normaux, parmi les vrais gens, certains seraient passés à côté de la lumineuse analyse : Eh bien non ! Les gens de com’ ne sont pas des gens normaux : Ils vont davantage au restaurant, adorent les sushis, les cocktails et les expositions. So chic ! Ils sont urbains, plus que ceux qui vivent à la campagne où, il est vrai, les agences et les médias ne sont pas légions… Ils se lèvent plus tard et utilisent plus que les autres les nouveaux outils de communication?!? En voilà, une surprise ! Là, c’est sûr, on apprend des trucs !
Vivant une vie plus asynchrone et plus rythmée (sic) que le panel “normal” analysé, les gens de com’ incarnent donc une espèce à part, nombrilocentrée, capable de décréter une normalité dont on peut supposer – si l’on s’en tient à la nature des questions posées – qu’ils se plairaient à s’en distinguer.
À quoi rime donc cette étude qui tourne sur elle-même ? Quels enseignements utiles peut-on en extraire ? En quoi les pratiques analysées relève d’une socio-culture originale ? Comment dissocier le pouvoir d’achat de ces populations de leurs habitudes culturelles et sociales ? Que dit cette tentative d’essentialisation de professions multiples arbitrairement rassemblées comme un ensemble cohérent ?
Cette étude auto réalisatrice, qui pose les questions formulées pour valider la spécificité d’un groupe social, ne vaut pas un clou. Elle est insuffisante et, non content d’enfoncer les portes ouvertes et d’ériger les clichés en données, est contre productive. Elle révèle au fond la suffisance d’acteurs hors sol, satisfaits d’eux-mêmes et de leurs valeurs. Elle insinue qu’il y aurait une façon d’être, propre aux gens de com’, sans préciser les nécessités et les conditions de l’exercice d’un métier dont une des caractéristiques consiste à suivre de près ce qui émerge, à se nourrir de l’actualité et des tendances. De ce fait, s’en tenant à des comparaisons un tantinet péjoratives, semblant les placer sur une orbite quotidienne éloignée de la vie de Monsieur-tout-le-monde, elle donne du grain à moudre à ceux qui voient dans ces métiers exigeants bien peu de profondeur, de l’arrogance et beaucoup de parisianisme futile et inutile. Non, les métiers de la communication ne se résument pas à une aptitude à dîner en ville. Mais au fond, tout cela n’a pas grande importance, car cette étude est lue à 98% par des gens de com’.

23 Avril 2015

North Face intègre la réalité augmentée dans ses magasins

wcie-the-north-face-store-realite-augmentee

LE CONCEPT
Afin d’améliorer l’expérience en magasin, North Face a imaginé une opération d’activation dans celui de Chicago qui se déploiera par la suite à New-York. Cette opération consiste à transporter les clients dans le parc naturel « Yosemite National Park » à l’aide de la technologie de la réalité augmentée. Ainsi, les consommateurs pourront se mettre dans la peau des escaladeurs Sam Elias et Cedar Wright.

L’ORIGINALITÉ
Avec ce dispositif d’activation, North Face veut tout d’abord démontrer aux clients sa capacité à les plonger dans une expérience globale. L’équipementier entend également bousculer l’expérience en magasin en proposant des solutions innovantes pour ses clients. Nous l’avons déjà vu avec le mur d’escalade North Face ou encore le HUB de la communauté des aventuriers.

wcie-north-face-2

wcie-north-face-1

wcie-NorthFace_VirtualReality

23 Avril 2015

Toyota lance une voiture qui roule au « Bullshit »

Toyota Fueled by Everything

LE CONCEPT
Pour le lancement de sa voiture roulant à l’hydrogène, Toyota se joue des critiques faites par les sceptiques de ce type de moteur avec l’opération Fueled by Everything. Dans le premier épisode Fueled by Bullshit, la marque prend au pied de la lettre l’expression « Hydrogen is bullshit » et convertit le méthane contenu dans les excréments bovins en hydrogène pour alimenter son nouveau véhicule.

L’ORIGINALITÉ
A travers cette campagne, Toyota fait la démonstration de son savoir-faire technologique et de sa capacité d’innovation dans les énergies propres. Résolument tournée vers l’avenir, la marque réussit à produire un contenu ludique et divertissant pour parler d’un sujet sérieux et technique.

22 Avril 2015

Clarks propose un documentaire interactif à vivre sur WhatsApp

wcie-clarks-originals-may-68-12

LE CONCEPT
Afin de promouvoir les célèbres chaussures Desert Boots créées en 1950 par Nathan Clark, la marque Clarks Originals a imaginé une opération interactive retraçant les évènements importants dans lesquels les Desert Boots ont participé. Le principe est simple : il suffit d’ajouter 3 personnages de l’histoire sur WhatsApp pour pouvoir discuter avec eux et ainsi se plonger dans Mai 68, dans l’origine de la marque ou encore avec les Mods. Les discussions les plus intéressantes pourront ensuite être utilisées dans la prochaine campagne de la marque.

L’ORIGINALITÉ
Avec cette opération, Clarks Originals capitalise sur l’histoire de la marque tout en la rajeunissant avec un dispositif novateur. L’objectif est de faire découvrir aux internautes la légende de la marque à travers les âges et de leur rappeler l’origine de ses chaussures qui redeviennent à la mode ses dernières années.

22 Avril 2015

Traquez le monstre du Loch Ness grâce à Google

Google Loch Ness Wcie

LE CONCEPT
Google communique sur son système Street View amélioré en nous invitant à explorer le Loch Ness pour fêter les 81 ans du cliché de Nessie, la célèbre créature supposée habiter le lac. La marque nous propose donc de partir sur les traces du chercheur Adrian Shine dans une visite à 360° pour tenter de débusquer le monstre. La nouveauté : il est possible de s’immerger pour découvrir les profondeurs de ces eaux sombres.

L’ORIGINALITÉ
C’est la première fois que Google nous permet de « nager » sur sa carte interactive, mais la force de cette opération repose sur la légende du monstre et l’envie de tomber dessus au détour d’un clic. Ces derniers temps, la marque multiplie la mise en place de ce genre d’expérience permettant aux utilisateurs d’entrer en immersion totale dans un univers ou une histoire, allant bien au delà de son simple rôle de moteur de recherche.

[Les Posts des Boss] Le Samedi la déchetterie, ça cartonne ! http://t.co/K9rDUlBokq

Wake Up : une soirée pour booster votre marque. Vous êtes une boite prometteuse ? Par ici : http://t.co/YCzlcjf94d http://t.co/hbgvVRRdip

[Les Posts des Boss] The Next Big Thing par @GILLESDELERIS http://t.co/eY3Pb7O7ac

[Le Blog] Monabanq : des vrais gens avant l’argent en photo mais pas dans le film. http://t.co/68jL4jNDlc

Le Blog] Cet affichage interactif devient votre ami lorsque vous vous approchez de lui. http://t.co/4c05Qw3WUI

[Le Blog] Commandez une pizza en un tweet avec l'emoji pizza. http://t.co/xBEoEs1DY0

[Le Blog] Clasiclaxon : des klaxons pour promouvoir la musique classique. http://t.co/T5JESq4r3i

[Le Blog] Faites un don en clignant des yeux. http://t.co/FRsO6JuGKj

[Le Blog] Un chien virtuel vous suit dans les panneaux publicitaires grâce à la technologie RFID. http://t.co/8FBHoPo2Ti

W repositionne le groupe #Somfy -http://t.co/DcYZoiX92h sur @CB_News -

haut de page
Chargement... Chargement