Wonderful Brands WonderfulBrands

par W
12 Avril 2011

Kleenex nous invite à partager un peu de douceur

open

Pour faire la promotion de mouchoirs en tissu encore plus doux, Kleenex a lancé à l’automne 2010 une campagne, en tirant le bénéfice fonctionnel (la douceur du tissu, qui au passage avait fait l’objet d’une opération d’ambiant en Asie -ci dessous) jusqu’à un bénéfice psychologique celui du réconfort.

Un bénéfice qui avait déjà été traité en France par Kleenex, comme en témoigne cette campagne sortie en pleine crise économique.

Mais la particularité de cette campagne, qui tire sa force du digital, et d’inviter les internautes à partager la douceur du produit avec des personnes qui en ont besoin, à savoir les personnes tombées malade avec l’arrivée du froid hivernal.

L’idée est alors de permette à chaque Internaute (aux Etats-Unis) d’envoyer gratuitement un échantillon du nouveau produit en y ajoutant un petit message.

Une idée qui aura probablement séduit plus d’amis qu’il n’y avait de malades à cette période puisque le nombre de paquet envoyés s’élève à 1 million, sans compter les personnes qui ont choisi d’envoyer un mouchoir virtuel via Facebook. Un expérience online qui n’invite manifestement pas l’Internaute à « toucher la différence » comme le voulait la signature de la marque en France il y a quelques dizaines d’années.

Source : Trendwatching

Wesh-wesh, soft rabbit

23 Mars 2011

TOMS, un nouvel exemple de marque généreuse

open

Le festival SXSW qui vient de se terminer le 20 mars dernier, a fait remonter sur les blogs et sur Twitter pas mal d’informations intéressantes (et si vous faites des recherches avec le hashtag SXSW, vous pouvez encore trouver quelques perles).

En ce qui nous concerne, on a souhaité alimenter notre rubrique Tendances en partageant avec vous l’initiative d’un certain Blake Mycoski, créateur de la marque d’espadrilles TOMS.

Son idée, en plein dans la tendance Generation G, a été d’offrir une paire d’espadrilles aux personnes nécessiteuses, à chaque fois qu’une paire d’espadrilles est vendue.

Une technique commerciale qui, selon le créateur de la marque, est gagnante à tous les coups.

Source : Blog le monde

Wesh-wesh, lapin généreux

15 Fev 2011

Porsche récompense ses fans

open

Quel plus beau cadeau peut-on offrir à une communauté de passionnés (ou de propriétaires) que d’inscrire leur nom sur leur produit ?

Si certaines entreprises veulent créer des communautés autour de leur marque sans même apporter quelque chose à leurs membres, d’autres n’hésitent pas au contraire à faire acte de générosité et à récompenser leurs fans.

La marque Porsche, dont le lien communautaire sur Facebook – ou d’autres réseaux d’ailleurs – se crée par le simple fait d’être propriétaire ou passionné, a choisi de récompenser ceux qui lui témoignent un peu d’amour.

À l’occasion de son million de fans sur Facebook, Porsche a créé une édition spéciale de son modèle 911 GT3 R Hybrid en y gravant le nom de tous ses fans.

Une récompense de fans virtuels qui est d’autant plus intéressante qu’elle se matérialise IRL (dans le monde physique).

Depuis le 11 février, le modèle en question est exposé au musée Porsche (à Stuttgart). Une bonne occasion de faire le déplacement. Pour ceux qui ne pourront la saisir, un site dédié a été créé.

Parfois, on regrette un peu d’avoir liké toutes les pages et de ne pas avoir liké celle de Porsche.

28 Déc 2010

Des cadeaux de Noël décevants ? Offrez-les à des inconnus !

open

En cette période de fêtes, passons à un mode plus léger avec des informations de saison. Dans notre revue créative de dimanche, nous vous avons présenté une vidéo réalisée pour Organization Earth, nous incitant à recycler nos vieux jouets.

Aujourd’hui, nous ne parlerons pas de vos vieux jouets, mais des cadeaux que vous avez reçus ces derniers jours. Si vous êtes client eBay, vous avez probablement reçu dès le 26 décembre, un mail vous invitant à revendre les cadeaux qui ne vous plaisent pas. Si vous prenez le métro, vous aurez remarqué que les habituelles publicités PriceMinister « Devenez radin » ont été remplacées par d’autres avec comme message « Revendez vos cadeaux« . Des messages très opportunistes adressés à tous ceux qui comptent bien se consoler de leur présent.

Mais si vous ne souhaitez par revendre vos cadeaux et que vous vous sentez appartenir à la Génération G, alors vous pouvez les offrir à une autre personne. Non pas à quelqu’un de votre entourage, mais à quelqu’un d’inconnu. Pour cela, il vous suffit d’aller sur le site Gift A Stranger, de renseigner quelques informations à votre propos et indiquant le cadeau que vous souhaitez envoyer, et le site vous trouvera de manière aléatoire l’adresse d’un destinataire. Il ne reste alors plus qu’à vous diriger vers la poste de la proche de chez vous.

Source : Graphism

Wesh-wesh, le lapin généreux

29 juil 2009
TENDANCES par

Génération G (2/2 ) : Les marques généreuses

open

L’émergence d’une nouvelle génération,
la « génération G pour Générosité » (trendwatching.com) nécessite un
changement de posture des organisations. Qu’est ce que cela change,
concrètement, pour les entreprises ? Quelles sont les opportunités liées à
cette mutation de l’opinion ?

Comment être généreux ?

Sage Savoir apprivoiser la
génération G constitue une opportunité si l’on sait comment lui parler.
Trendwatching propose 8 pistes de réflexion. Parmi ces suggestions, le rapport pointe de nombreuses innovations permettant de co-créer avec ses clients ou
se montrer empathique en période difficile. C’est ce qu’a réussi à faire le
groupe hôtelier Sage Hospitality
qui propose de
d’offrir des nuits d’hôtel à moitié prix ou gratuites appartenant aux réseaux
Hilton, Starwood ou Mariott à ceux de ses clients qui aurait effectué une
journée de volontariat au bénéfice de la collectivité.  Ces initiatives sont une manière d’augmenter
sensiblement le nombre de client, mais surtout de nourrir la valeur immatérielle de la
marque (favorisant ainsi le good will).

 Autre possibilité, permettre à ses
clients d’essayer avant d’acheter, en mettant ses produits à disposition. Ce placement de produit dans la « vie réelle »
via notamment des campagnes de « guérilla marketing » a été
utilisé avec succès en novembre dernier par la marque Northland Professional, laquelle a mis à disposition des passants une
vingtaine des gants et des bonnets sur 50 panneaux d’affichage pendant deux
jours.

Affiche


Qu’est ce que cela implique pour les marques ?

Indicateur parmi
d’autres,  "le mécénat d'entreprise confirme son tropisme solidaire", expression de la responsabilité sociétale de l'entreprise. Cette nouvelle posture  confirme la conviction selon laquelle « une
marque doit beaucoup donner avant de recevoir ».   Il n’y a cependant pas de retour
sur investissement immédiat, avant l'établissement d'un véritable contact. Cela
contraint les entreprises à accepter de communiquer sur le temps long :
établir une relation demande du temps, alors même que nous vivons de plus en
plus dans l’immédiateté. 

La posture généreuse prescrite par Trendwatching sous-tend en outre  une nouvelle approche
du développement durable. Alors que le volet écologique représentait le premier
point d’entrée sur le thème du développement durable selon l’acceptation
traditionnel de celui-ci (c’est à dire à la confluence du social, de
l’écologique et de l’économique), il semblerait qu’aujourd’hui nous assistions
à une inversion des priorités.  Les
initiatives en faveur de la protection de l’environnement tendent de plus en
plus à contenir une visée sociale.

A titre d’exemple, le cabinet de design free
green
, met à disposition des plans téléchargeables
gratuitement, pour aider à rendre sa maison plus écologique. La finalité de
cette action est « avant tout d’améliorer la qualité de vie de tout un chacun
». Le social est donc pour ce cabinet
un investissement à long terme.

En définitive, répondre aux attentes de la
génération G n’est pas une œuvre de charité. Il s’agit  bien de monétiser la  réputation de marque. Certes les effets ne
sont pas immédiats, mais ces engagements ne seront pas oubliés. Les futurs
consommateurs seront plus enclins à transmettre le contenu fourni par
l’organisation, à faire fonctionner positivement le bouche-à-oreille,à collaborer, co-créer,  co-inventer ou
co-améliorer, en plein boom du do it yourself (à ce sujet, voir le rapport customer
made  de Trendwatching ).

En un mot : être à
l’écoute permet d’être entendu.

Rabbit_animeweshwesh, veilleur généreux

[HOMEMADE] W foule la terre battue : objectif Roland Garros 2020. http://t.co/RGw3XFlJaD

Archie, on sait où tu te caches. Tes dernières heures de liberté sont comptées. #wanted #job http://t.co/brqeu4lsAH http://t.co/JQirv8b60I

[Le Blog] Un calendrier de l’Avent Milka en réalité augmentée. http://t.co/ix7G1ynlHJ

[Le Blog] Et si le prochain président de la République était un chef d’entreprise? http://t.co/WZWG7nb96b

[Le Blog] Pour Noël, AT&T transforme son flagship en une forêt magique et interactive. http://t.co/ZcXesifo7M

[Le Blog] Faire ses cadeaux de Noël dans le métro grâce aux écrans tactiles Amazon. http://t.co/5rtb0Gw3DF

W recherche Junior&Senior Graphic Designer. Nous contacter au plus vite. #wanted #job #design http://t.co/brqeu4lsAH http://t.co/biBXE3JITi

Fin du #LT #FIS2014. Bonne soirée !

L'agroalimentaire et le digital, des utilisateurs plus mâtures que les marques ? #FiS2014 http://t.co/tkTxScEPZC via @Mllegima

[Le Blog] La Royal Air Force recrute avec un site interactif #gaming. http://t.co/pGvWBPlNWR

haut de page
Chargement... Chargement