Savez vous « poker » ?

ACTUALITES
ACTUALITES

logo_facebook-rgb-7inch

Facebook attire et devient un phénomène !!!

Vous ne savez pas ce qu’est Facebook ? C’est tout simplement LE réseau social dans lequel on peut retrouver des « Friends », faire partie de « Groups », écrire des messages sur des « Wall », s’envoyer des mails, être un Ninja ou un vampire, « poker » des « Friends », ajouter des « Applications » et avoir des « Top Friends » …

Plus d’un an après son lancement grand public (à l’origine, il était destiné à créer un réseau au sein des écoles de commerce) en septembre 2006, c’est la star du web et les chiffres parlent d’eux mêmes :

  • 45 millions d’inscrits dont la moitié se connecte quotidiennement (autant d’hommes que de femmes)
  • Entre 200 et 250 000 nouveaux inscrits quotidiennement
  • 43 000 inscriptions sur le network France / semaine
  • Le site a connu une croissance de 422 % en Europe depuis le début de l’année et n’a pas encore pénétré massivement le marché Français (!!!) (Source : comscore)

Selon l’étude Fabernovel, la croissance en France dans les mois d’été alors que le trafic internet est généralement plus faible devrait préfigurer une explosion à l’automne. Sans compter sur une probable traduction en français (oui car Facebook n’est qu’en anglais …)

Le réseau a dépassé le stade des Early-adopters des services Web 2.0 pour toucher les Mass-adopters (ce que n’avait pas su faire bebo.com ou hi5.com) ainsi vous pouvez y retrouver anciens profs, colocs, ex-petite amie, amis, …

Le Times a même fait un papier définissant Facebook comme le futur. Mais qu’est ce qu’il a de plus ce Facebook ? Il est relativement bien pensé et assez complet, les dirigeants ont su ouvrir leurs portes afin que des sociétés extérieures puissent y développer des applications.

Facebook se définit finalement comme un mix d’un blog, de MSN et d’un MySpace mais restreint à nos Friends.

Mais qui sont  les concurrents ?

MySpace : Concurrent par défaut puisque ce réseau reste encore une place privilégié pour les artistes. La transparence n’y est pas évidente vu que les pseudonymes sont monnaie courante et les pages accessibles sans inscriptions.
Hi5.com n’aura jamais réussi à créer un buzz et a eu la malchance d’être lancé alors que MySpace explosait. De plus il n’est pas open source.
Les copains d’avant (qui offre une meilleure recherche pour ce qui touche le cursus scolaire et qui connaît un plébiscite auprès des 40 ans. Face au succès de Facebook, Les copains d’avant à du se résoudre à devenir gratuit !!!) 

Face à ce marché, les mastodontes du web vont lancer leurs réseaux : Mash pour Yahoo, Ouverture pour Google, My Space va développer une nouvelle application … Le succès sera sans doute mitigée vu l’avance pris par Facebook. Qui utilise iGoogle (concurrent de Netvibes) ?

Et les marques là dedans ?

Certaines ont flairés le bon filon et ont crées des groupes. On en recense 224 …  Les plus impactantes : H&M, Chrysler, Wal Mart, Playstation, Pepsi, Reb Bull, Reebok, Virgin, Gilette, McDonald’s, … Elles proposent avatars, wallpapers, pubs, recrutements et mettent donc en relation les consommateurs entre eux et avec la marque. Le groupe H&M possède près de 23 000 membres, Jeep (Chrysler) 16 000, …
Les marques présentes visent quand même un public entre 15 et 25 ans :

H&M

Toutefois attention au bad buzz car au travers de Facebook des consommateurs peuvent se retourner contre une marque. HSBC en a fait la cruelle expérience cet été :

Tout commence fin juin, quand la banque HSBC décide de faire payer 9,9% d’intérêts sur les comptes des étudiants britanniques quand ceux-ci sont à découvert de moins de 1500 livres sterling (environ 2200 euros). Immédiatement, le syndicat étudiant NUS (National Union of Students) ouvre un groupe sur Facebook, afin de rassembler le plus grand nombre possible d’étudiants contre ce changement de politique chez HSBC. En quelques semaines, le groupe dédié sur Facebook : Stop the Great HSBC Graduate Rip-Off!!! attire plus de 4000 étudiants britanniques, en pleines vacances d’été, chacun y allant de sa menace de boycott ou de changement de banque.

Résultat : HSBC a cédé, expliquant avoir « écouté les besoins de ses clients ».

arton2024-cf230

Ainsi, la capacité d’agrégation offerte par Facebook peut être, à terme, un outil puissant pour prendre collectivement la parole et compléter les actions consuméristes habituelles. Et tout ceci à moindre coût, ce qui laisse présager une appropriation rapide.

Dernier petit point, quand quelque chose fonctionne, la parodie n’est pas loin  :

n707436579_197398_8374

Quant à la critique, Il existe un réseau anti social répondant au nom de Hatebook dans lequel on cherche des personnes … que l’on déteste … La ressemblance entre les deux sites est frappante :

hate book     face book

On peut maintenant se poser la question de la maturité du système, phénomène éphémère ou durable ? Facebook sera t’il le MSN du réseau social ? Wait and see …

Toujours est il que chez W, on s’est crée un petit groupe

w group

Voir aussi