Les « logos-minute »

ACTUALITES
ACTUALITES

A peine créés, à peine remplacés ! Ces logos ont vécu tellement peu de temps que vous les avez probablement déjà oubliés. Fusion, nouvelle stratégie, ou décision un peu précipitée, les liftings voire les refontes complètes de logos nouveaux-nés se sont multipliés ces dernières années.

On peut ainsi penser à la filiale de crédit de BNP Paribas, Cetelem, dont l’avant-dernier logo a duré moins de deux ans. La puissance d’évocation de la mascotte publicitaire « Crédito » ayant conduit Cetelem à l’introduire dans son logotype.
Cetelem1Cetelem2Cetelem_3

Autre logo à avoir subi de rapides transformations : celui de la chaîne
d’hôtels et restaurants Campanile. La création de 2007 a été remplacé
au bout d’un an à peine. La perte de son symbole phare dans l’identité
intermédiaire n’y était certainement pas étrangère.
Campanile

Mais la marque à avoir le plus souvent changé d’identité visuelle
est probablement Numéricable, qui a adopté successivement 4 logos
différents en 5 ans, signe d’une entreprise dans la tourmente…
Noos_numricable_2Numricable1
Numricable3Numricable2

Cette course effrénée à la nouveauté et ce peu de considération pour
l’identité de marque ne peut que nous troubler. Les logotypes sont-ils
jetables, ou à durée de vie limitée ? il est vrai que les implications
d’un changement de logo sont aujourd’hui moins importantes
qu’autrefois. Le logo du Printemps fut gravé dans la pierre de son
bâtiment, signe d’une confiance en sa pérennité, là où aujourd’hui les
enseignes sont imprimées sur de simples « bâches ».

PrintempsGdf

Nabaztag WeshWesh – the brand Rabbit

Voir aussi